Une possibilité de célébrer un mariage baha’i – Eng Méiglechkeet eng Baha’i Hochzäit ze feieren

On a changé les noms – D’Nimm goufe gewiesselt

L’Assemblée Spirituelle Nationale des Bahá’is du Luxembourg nous a chargés de la représenter pour la célébration bahá’ie de votre mariage et nous sommes heureux de vous transmettre, chère Susi, cher Danilo, tout son amour et ses vœux les plus chaleureux de bonheur et d’éternelle unité.
Nous sommes heureux également de souhaiter la bienvenue à vos parents et amis réunis ici pour ce moment béni !

La célébration bahá’ie est importante en ce qu’elle vient rappeler le caractère sacré du mariage. Les Ecrits bahá’is mentionnent que le mariage est le lien le plus sacré et le plus fort que les êtres humains puissent créer entre eux. Aujourd’hui, vous vous engagez non seulement devant la société, vos parents et amis mais également et avant tout, devant Dieu, à créer un véritable lien de parenté, qui vous unit à la fois sur le plan physique et sur le plan spirituel, lien que vous vous attacherez à préserver, à renforcer tout au long de votre vie et qui perdurera pour l’éternité.

Baha’u’lláh décrit le mariage comme "une forteresse de bien-être", car au sein de votre couple, au sein de cette famille que vous allez construire ensemble, vous devez vous sentir en sécurité, confiants l’un envers l’autre, car, et c’est ce qu’énoncent les Ecrits bahá’is, votre mariage reposera sur le pilier de la fidélité et de la loyauté. Baha’u’lláh demande aux époux d’être de sincères et réels partenaires qui s’épaulent avec affection, qui s’encouragent mutuellement sur le chemin de leur développement spirituel, qui s’aident l’un l’autre à épanouir ces qualités et talents que Dieu leur a octroyés. Vous serez heureux, contents et le cœur en paix aussi longtemps que vous vous préoccuperez de votre bien-être réciproque.

‘Abdu’-l Bahá écrit :«Ils doivent avoir pour but de devenir de tendres compagnons,

en harmonie l’un avec l’autre jusqu’à la fin des temps… afin de pouvoir améliorer toujours davantage leur vie spirituelle réciproque…»

Et si, dans le cours parfois tumultueux de la vie, des différends venaient à surgir entre vous, consultez-vous, dans un esprit de mutuelle compréhension et de volonté de sauvegarder votre union.

‘Abdu’-l Bahá recommande :« Ne laissez pas les incidents et les accidents éphémères de cette vie changeante causer une déchirure entre vous.
Lorsque des différends se présentent, consultez-vous […]. N’entretenez aucun grief dans vos cœurs, mais plutôt éclaircissez sa nature entre vous avec une telle franchise et une telle compréhension qu’il disparaisse, ne laissant aucun souvenir. Choisissez la fraternité et l’amitié et détournez-vous de la jalousie et de l’hypocrisie. »

D’autre part, chère Susi et cher Danilo, gardez à l’esprit que votre mariage n’est pas un acte isolé, ce n’est pas seulement votre union que nous célébrons aujourd’hui, mais également celle de vos deux familles.

En effet, les Ecrits bahá’is insistent sur le fait que les époux doivent s’être choisis librement, doivent consacrer un temps à se connaître et à apprécier le caractère l’un de l’autre, et en même temps doivent demander et obtenir le consentement de leurs parents, une fois prise leur décision de s’unir par les liens du mariage. Et ceci, afin de maintenir des relations familiales affectueuses et unies.

Très chers Danilo et Susi, notre Assemblée Spirituelle Nationale vous transmet ses plus affectueuses félicitations et prie Dieu que votre foyer soit rempli de joie et de lumière et qu’il soit la manifestation de ce verset d‘Abdu’-l Bahá :
« que votre maison soit une vision du paradis, afin que celui qui y pénètre puisse y sentir l’essence de la pureté et de l’harmonie, et s’écrier du fond de son cœur : "Voici la maison de l’amour ; Voici le nid de l’amour ; Voici le jardin de l’amour. »

Den Nationale Geeschtege Rot vun de Baha’i vu Lëtzebuerg huet eis beoptraagt hie fir d’Baha’i Feier vun ärem Bestietnes ze vertrieden a mir si frou, léift Susi, léiwen Danilo, iech all seng Léift a wäermste Wënsch vu Gléck an éiweger Eenheet z’iwwerdroen. Mir sinn och frou är Elteren a Frënn ze begréissen, déi sech fir dëse geseente Moment hei zesummefonnt hunn!

D’Baha’i Feier ass wichteg well si un dee gehellegte Charakter vum Bestietnes erënnert. D’Baha’i Schrëfte soen dass d’Bestietnes den hellegsten an de stäerkste Lien ass, deen d’Mënsche kënnen ënnert sech schafen. Haut engagéiert dir iech net nëmme virun der Gesellschaft, virun ären Elteren a Frënn mee och a virun allem, Gott géintiwwer, e richtege Lien vu Verwandschaft ze schafen, deen iech um kierperlechen a geeschtege Plang vereent; e Lien, deen dir versicht ze versuergen, e Lien deen dir während ärem Liewe versicht ze stäerken an e Lien, dee fir d’éiwegkeet hale wäert.

Baha’u’llah beschreift d’Bestietnes als ‘eng Festung vum Wuelsinn’, well an ärer Koppel, an dëser Famill, déi dir wäert zesumme schafen, musst dir iech a Sécherheet spieren, voll Vertrauen ee fir deen aneren, well, a sou soen d’Baha’i Schrëften, äert Bestietnes berout um Pillier vun der Trei an der Loyautéit. Baha’u’llah verlaangt vun der Koppel éierlech a reell Partner ze sinn, déi sech mat Affektioun zur Säit stinn, dass si sech géigesäiteg um Wee vun hirer geeschteger Entwécklung ënnerstëtzen, dass si een deem aneren hëllefen dës Qualitéiten an Talenter, déi Gott hinne ginn huet, z’entfalen. Dir wäert glécklech an zefridde sinn an äert Häerz a Fridde sinn, sou laang wéi dir iech ëm d’Wuelerginn vun deem anere bekëmmert.

Abd’u’l-Baha schreift: "Si musse sech als Zil setzen, zaart Frënn ze ginn, an Harmonie ee mat deem anere bis zum Enn vun den Zäiten… fir dass si ëmmer kënne méi hiert géigesäitegt geeschtegt Liewe verbesseren…"

A wann, am Laf vum Liewen, wat heiansdo mol stiermesch ass, Differenzen tëscht iech sollten opkommen, berot mateneen, an engem Geescht vu géigesäitegem Verständnes an engem Wëllen, är Unioun ze erhalen.

Abd’u’l-Baha’ recommendéiert: "Loosst net vegänglech Evenementer an Akzidenter vun dëser Welt, déi sech ännert, en Zerbriechen, e Rass tëschent iech veruersachen.

Wann Differenze sech presentéieren, berot mateneen […] Ënnerhaalt kee Mëssel an ären Häerzer, mee éischter erliicht seng Ursaach ënnert iech mat sou enger éierlechkeet a sou engem Verständnes dass e verschwënnt a keng Erënnerung hannerléisst. Wielt d’Bridderlechkeet an d’Frëndschaft an dréint iech ewech vun der Jalousie an der Hypokrisie."

Léift Susi a léiwen Danilo, denkt drun, dass äert Bestietnes keng isoléiert Dot ass, et ass net nëmmen är Unioun déi mer haut feieren, mee och déi vun ären zwou Familljen.

D’Baha’i Schrëfte bestinn drop, dass d’Koppel sech muss fräi gewielt hunn, dass si sech Zäit geholl huet fir sech kennenzeléieren an de Charakter vun deem aneren ze schätzen, an dass si och mussen d’Averständnes vun hiren Eltere froen a kréien, wa si sech entscheed hunn, sech ze bestueden. An dat, fir unhänglech a vereente Bezéiungenen an der Famill ze behalen.

Léiwen Danilo a léift Susi, eisen Nationale Geeschtege Rot vermëttelt iech seng Gléckwënsch a biet Gott dass äre Stot mat Freed a Liicht gefëllt ass an dass en dësen Text vun Abdu’l-Baha weist:

"dass äert Haus eng Visioun vum Paradis gëtt, fir dass deen, deen do erageet, d’Essenz vun der Rengheet an der Harmonie spiere kann a vu ganzem Häerze ruffe kann: Hei ass d’Haus vun der Léift; hei ass d’Nascht vun der Léift; hei ass de Gaart vun der Léift."

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s