ASTI-info-ensemble: La mort, l’âme, le deuil selon les croyances bahá’ies

à la demande de ASTI, info-ensemble, préparé par Esther Zana-Nau

http://www.asti.lu/migrations/miginfo/fact-sheets/mort-et-deuil-selon-certaines-confessions-et-cultures/rites-funeraires-bahai/

Notre vie terrestre, selon des explications données par Bahá’u’lláh, est comparable à la vie du fœtus dans le ventre de sa mère : ignorant presque tout du monde extérieur, le fœtus acquiert cependant des aptitudes qui lui permettront de s’adapter à ce monde et d’y parfaire son développement. De même, au cours de cette vie, la seule qui nous soit accordée sur terre, l’âme acquiert les outils nécessaires pour affronter l’autre vie où son développement se poursuivra sous forme d’un cheminement vers Dieu.

Cette image me paraît très parlante pour essayer d’entrevoir la réalité du sens de la vie et celle du monde spirituel qui nous attend après la mort. Je vois ma vie comme étant un voyage dont la destination est le monde spirituel. Tout au long de ce voyage, je parcours des étapes, chacune d’entre elles me donne une occasion -que je saurai saisir ou pas- de développer des vertus, des qualités spirituelles qui me permettront de doter mon âme de capacités dont elle aura besoin lors de son élévation vers le monde spirituel.

Pour moi, l’être humain est constitué de plusieurs dimensions, il n’est pas seulement un corps ou un mental, il est également, par essence, un être spirituel car il est doté d’une âme. Lorsque la mort survient, c’est l’enveloppe matérielle qui a accueilli l’âme, le corps, qui meurt et se transforme en poussière. L’âme elle, est immortelle et est alors prête à prendre son envol, tel un oiseau libéré des barreaux de sa cage (le corps) qui l’abritait tout en la maintenant dans des limitations matérielles.

Pendant notre vie sur terre, par nos actes, par notre Foi en Dieu, par nos prières, nous sommes appelés à développer des qualités spirituelles qui permettent à notre âme de grandir, de se renforcer, de se purifier. Ce sont ces qualités qui permettront à l’âme de s’élever plus facilement, après la mort physique, pour pouvoir se rapprocher de Dieu, s’unir à Lui.

Bahá’u’lláh, le prophète-fondateur de la Foi bahá’ie a réaffirmé, comme l’ont fait les autres grands prophètes avant lui, que le monde spirituel recelait des merveilles qu’aucune langue ne pouvait décrire alors que le monde matériel n’était qu’éphémère et transitoire. «[…] La nature de l’âme après la mort ne peut jamais être décrite et il n’est ni opportun, ni permis de révéler son véritable caractère aux yeux des hommes. L’unique mission des prophètes et messagers de Dieu est de guider l’humanité dans le droit chemin de la vérité. L’objet de leur révélation est d’instruire tous les hommes de telle sorte qu’à l’heure de leur mort ils puissent, dans un état de pureté, de sainteté et de parfait détachement, s’élever jusqu’au trône du Très-Haut.» (Bahá’u’lláh, Extrait des Ecrits de Bahá’u’lláh)

La mort n’est donc pas vue par les Bahá’is comme la fin du parcours de la vie, mais comme la naissance à la vie spirituelle, vie pour laquelle un certain nombre de capacités devront avoir été développées pendant notre vie terrestre.

« Ô Fils de l’Esprit ! De la mort j’ai fait pour toi une messagère de joie. Alors pourquoi t’affliges-tu ? J’ai fait la lumière pour qu’elle t’illumine de sa splendeur. Pourquoi te voiles-tu devant elle ? » (Bahá’u’lláh, Paroles Cachées)

C’est pourquoi lorsque nous perdons un proche, nous ressentons certes, une profonde tristesse d’être séparé physiquement de lui, de ne plus avoir la possibilité d’entendre sa voix, de sentir son odeur, de voir son sourire… Mais nous sommes convaincus que la partie essentielle de son être elle, n’est pas morte. Nous ne pouvons la percevoir avec nos yeux, mais nous pouvons en ressentir la présence en notre cœur et nous en sentir proches à travers la prière. C’est ainsi que lorsque je pense à mon père, mort depuis près de dix ans, je le sens vibrant en moi non seulement par les souvenirs qu’il a laissés en mon cœur, non seulement par les valeurs, qualités et points de ressemblance qu’il m’a légués, mais par la vibration de son âme en moi. Je sais qu’il continue à m’accompagner, à me protéger, à me guider, à interférer pour moi, comme je peux interférer pour lui par mes prières. Je sais aussi que son âme continue son évolution pour retourner vers Dieu et qu’un jour, nous nous retrouverons.

Dans la Foi bahá’ie, il n’y a pas beaucoup de rites pour la mort ni pour le deuil. Il nous est demandé de respecter un certain nombre de règles :

-Enterrement obligatoire
-Incinération interdite
-Transport du défunt : une heure au maximum à partir des limites de la localité du décès
-Service funéraire baha’i : avant l’enterrement, un certain nombre de prières et de textes choisis par la famille du défunt ou ses amis sont dits. Seule prière obligatoire : la prière pour les défunts : cette prière est dite debout et par une personne sans reprise en chœur de l’assistance, avant l’inhumation. La congrégation assiste debout et en silence.

-Préparation du corps et mise en bière :
-Toilette funéraire : lavage soigneux
-Embaumement interdit
-Linceul blanc en soie ou coton
-Bague mortuaire, si possible, sur laquelle un verset a été gravé : « Je viens de Dieu et je retourne à Lui, détaché de tout sauf de Lui, me tenant fermement à son Nom, le Miséricordieux, le Compatissant. »
-Cercueil en bois dur ou en matière minérale
-Cimetières et tombes : Position du corps et de la tombe (si possible) :
-Pieds pointant vers la Qiblih, visage regardant vers Bahji (*)
-Pierre tombale non obligatoire
-Citations de textes et/ou l’étoile à neuf branches peuvent figurer sur une pierre tombale (*)Qiblih : tombeau de Bahá’u’lláh au manoir de Bahji à Saint-Jean d’Acre en Israël.
Après l’enterrement ou quelques jours plus tard, les amis et la famille du défunt se réunissent pour une cérémonie de commémoration. C’est l’occasion de prier ensemble pour son âme et pour que Dieu lui accorde toute Sa miséricorde. Cette cérémonie n’est pas triste. Dans le recueillement, nous nous réjouissons pour la personne défunte d’être née à la vraie vie, nous célébrons ce que fut sa vie sur terre et les qualités spirituelles d’amour, de compassion, de générosité, de sens de service qu’elle a pu développer. Souvent, cette cérémonie se termine par un repas pris en commun, ce qui permet de partager un moment de convivialité et d’accompagner les membres de la famille dans leur épreuve.
La mort est une messagère de joie. Donc bien que nous ayons à respecter la douleur de la famille, il ne faut pas en faire trop, car cela retarde l’âme de notre cher défunt dans son évolution dans le prochain monde.
Nous pouvons aussi accompagner le mort dans sa tombe avec des chants. Ceci donne un peu d’esprit à l’occasion et aide ceux qui sont les plus affligés à se rappeler que malgré la perte d’un être cher, la vie pour nous et pour lui continue et qu’un jour nous aussi nous le rejoindrons.

« Si la cage qui contient un oiseau est détruite, le petit oiseau reste indemne. Si une lampe est fêlée, la flamme peut continuer à brûler d’un vif éclat. Le même raisonnement s’applique à l’esprit de l’homme. Bien que la mort détruise son corps, elle n’a aucun pouvoir sur son esprit. Celui-ci est éternel, impérissable, à la fois sans commencement et sans fin. Quant à l’âme humaine, elle conservera, après la mort, l’état de pureté acquis pendant son évolution dans le corps physique et, après sa séparation du corps, elle restera plongée dans l’océan de la miséricorde de Dieu. A partir du moment où l’âme quitte le corps pour atteindre le monde céleste, son évolution est spirituelle et cette évolution-là, c’est l’approche de Dieu. »

(‘Abdu’l-Bahá, Causeries d’‘Abdu’l-Bahá à Paris)

ASTI Association de Soutien aux Travailleurs Immigrés 10-12, rue Auguste Laval tél (+352) 43 83 33 association sans but lucratif L-1922 Luxembourg fax (+352) 42 08 71 CCP ASTI IBAN LU44 1111 0652 9615 0000 ensemble

rites-bahai-asti.pdf

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s