Un récit de vie

” Processus identitaires dans la communication inter-individuelle. Approches autobiographiques et pratique rflexive ou comment apprendre “lire” ses expriences de l’altrit”

Assignment : rdiger un rcit de vie restituant votre parcours de vie et de mobilit, vos expriences linguistiques et interculturelles avec les outils d’analyse de l’anthropologie tudis en cours et envoyer votre texte par mail la Aline Gohard avant la mi-juin 2010

Jaimerais commencer par quelques remarques et rflexions. A qui va sadresser mon rcit de vie ? Jai donc envie de lcrire dune faon accessible au monde, sur mon blog. Ce sera la premire fois que je vais me concentrer dcrire mon rcit de vie avec la perspective de la mobilit et des expriences linguistiques et interculturelles. En plus, en le faisant avec les outils danalyse de lanthropologie. Donc, travers ce rcit, qui est dailleurs entrain de se faire, je vais essayer de dvelopper une pratique rflexive sur moi et mon rapport laltrit (la reconnaissance de lautre dans sa diffrence) en ajoutant mes diverses appartenances linguistiques, sociales, culturelles et peut-tre encore dautres. Le dfi sera didentifier si ncessaire, les dimensions caches/invisibles qui sous-tendent toute communication. Dj le projet du rcit me semble interindividuel, car je me pose des questions, je suis en communication avec mon pass et mon maintenant afin de mettre sur papier une ralisation grce ses changes. Cet change se passe un peu plus en franais en ce moment, car je vie avec une franaise-tunisienne depuis 2001 et nos changes se font surtout en franais avec un peu de luxembourgeois. En mme temps, dans mes cours je suis immerg dans la langue luxembourgeoise, ma 1re langue avec des participants adultes. De part mon adhsion la communaut bahe et mon pass avec des priodes tendues en Isral et en Irlande du Nord, la pratique de langlais avec ses variations mest devenu familier. Ce qui reste cest la lecture de livres en allemand qui ont marqu ma jeunesse la recherche de vrit, (dailleurs pendant ce temps Proust mavait marqu par sa recherche du temps perdu) et mon enfance avec Bonanza, Flipper et Star Strek Enterprise bien sr en allemand au Luxembourg.

Dj je ressens lintrt de revisiter mon pass avec de nouveaux instruments, crant ainsi une sorte de pass transform, une nouvelle reprsentation du moi. Aprs une relecture des documents du cours, il me semble que les dimensions cache/invisibles qui sous-tendent toute communication sont dune part nos valeurs, jugements, croyances, normes, codes, rgles, rites, attitudes, etc., et dautre part la notion de capital conomique, social, culturel relev par Bourdieu et le capital de mobilit, mentionn par Simmel.

Dans mon rcit de vie, le dpart se trouve dans mon groupe familial. Mes parents sont issus tous les deux de familles de paysans, du ct de mon pre avec des capitaux conomiques un peu plus soutenus que du ct de ma mre. Du ct des valeurs, javais remarqu assez tt une plus grande joie de vivre avec peut-tre moins de soucis du ct de ma mre (ils taient 10) que du ct de mon pre (ils taient 5 frres et surs). Cette joie de vivre se manifestait au sein de la famille, chez nous la maison par le fait quon parlait et rigolait avec les membres de la famille du ct de ma mre et quelle aimait chanter et rigoler. Llment le plus marquant tait que ma mre, quand elle tait fche, jetait des tasses et des plats, tandis que mon pre manifestait ni ouvertement son mcontentement et sa colre, ni sa joie que javais russi quoi que ce soit. Il le mangeait, il le prenait en soi. De temps en temps, rarement, il explosait. Aujourdhui il nest plus entre nous, a fait 6 ans, que son me repose en paix.

Comme ma mre et mon pre ont quitt le nid de la ferme pour sinstaller dans un autre village et quils ont fini par ouvrir dabord un petit commerce, transform ensuite en caf, puis caf-restaurant, leur contexte social avait tout fait chang. Je me retrouvais en tant que jeune dans un milieu familial avec seules valeurs celles de lhonntet, de russir si possible lcole afin davoir un poste stable qui est bien rmunr et surtout de rester dans les normes et le cadre donn par le milieu social dans lequel on vivait.

Ceci reprsentait pour moi un trs grand vide dans lequel javais du mal respirer et donc jai cherch ailleurs afin de me ressourcer et de chercher un cadre social/culturel dans lequel je pourrais mpanouir.

En crivant ses lignes, je me rends compte quel point ses outils favorisent une comprhension de mon identit actuelle et jen suis ravi.

La recherche des valeurs et le dsir de trouver un cadre culturel/social convenable commence donc ds ma jeunesse. Grce la libert relative qui ma t accord chez mes parents (car avec le travail dans le caf-restaurant, il ne restait peu de temps pour une vie de famille priv), la porte tait grande ouverte et jai commenc mes recherches et aventures. Au bout du compte, ce que javais trouv me convenait tout fait.

La communaut bahe au Luxembourg et travers le monde est de par sa nature multilingue et multiculturelle. Que votre vision embrasse la terre proclame Bah’u’llh. La terre n’est qu’un seul pays, et tous les hommes en sont les citoyens , dit-il, et comme prvu dans tous les crits sacrs du pass, le temps est maintenant venu pour que lhumanit vive en unit. Fonde plus quun sicle et demi, la foi bahe sest rpandue autour du globe. Ses membres vivent dans plus que 100.000 localits et viennent de presque chaque nation, groupe ethnique, culture, profession et classe sociale et conomique. Les bahs croient que le besoin le plus urgent avec laquelle lhumanit est confronte est celui de trouv une vision unifiante de la nature et du but de la vie (purpose of life) et du futur de la socit. Une telle vision se dvoile dans les crits de Bah’u’llh. (en partie traduite du site http://www.bahai.org/. Voir galement le site http://info.bahai.org/french/ et http://bahai.fr/.)

Ca fait maintenant 25 ans que je me trouve dans ce capital culturel et de mobilit. Il est important dire que cette communaut mondiale encourage tout fait une diversit locale, rgionale et nationale. Ces diffrences je les ai vcues Hafa en Isral au centre administratif de la foi ainsi quen Irlande du Nord avec des visites frquentes Dublin et encore plus au sud Waterford et aujourdhui de nouveau au Luxembourg, avec des visites frquentes dans les pays voisins.

Il est aussi tonnant de voir que cette communaut mondiale est entrain damener dune manire consciente et systmatique un changement de culture parmi ses membres. Ceci tmoigne les derniers messages annuels de la Maison universelle de justice, organe international lu sur base dmocratique tous les 5 ans. Voici quelques extraits par rapport ce changement de culture.

Vos penses et vos actions doivent tre si dpourvues de toutes traces de prjugs raciaux, religieux, conomiques, nationaux, tribaux, de classes ou culturels que mme ltranger verra en vous des amis affectueux. Ce nest quen percevant lhonneur et la noblesse de chaque tre humain indpendamment de sa richesse ou de sa pauvret que vous serez capables de dfendre la cause de la justice. (Ridvn 2008)

Ce passage nous met on garde contre les prjuges culturels, suivi dun conseil parlant, que mme ltranger verra en vous des amis affectueux. .

Alors que nous marquons une pause en cette priode festive, nous nous sentons pousss prciser que ce qui suscite en nos curs de tels sentiments de fiert et de reconnaissance nest pas tant lexploit numrique que vous avez accompli, aussi remarquable quil soit, mais une combinaison de dveloppements au niveau le plus profond de la culture, dveloppements dont cette ralisation porte tmoignage. Parmi ceux-ci le plus remarquable se trouve tre laugmentation que nous avons observ de la capacit des amis changer avec dautres sur des thmes spirituels et de parler avec aisance du personnage de Bahullh et de sa rvlation. Ils ont bien compris quenseigner est une condition requise pour pouvoir mener une vie caractrise par la gnrosit. (Ridvn 2010)

Dans ce texte, ce qui est peru comme un dveloppement profond de la culture est la capacit des amis changer avec dautres sur des thmes spirituels et de parler avec aisance du personnage de Bahullh et de sa rvlation .

car il faut se rendre compte que loccasion maintenant offerte aux amis de promouvoir, dans les quartiers et les villages, une vie communautaire vibrante caractrise par une si profonde motivation, na t rendue possible que grce des dveloppements cruciaux survenus au cours de la dcennie passe en ce qui concerne laspect de la culture bahe qui se rapporte lapprofondissement. (Ridvn 2010)

Ce passage laisse entendre quel point le dsir est prsent dencourager une culture dite bahe qui se rapporte lapprofondissement.

Quelle immense ralisation de la part du monde bah que davoir russi dvelopper une culture qui promeut une faon de penser, dtudier et dagir selon laquelle tous se considrent comme cheminant dans le mme sentier de service se soutenant les uns les autres et avanant ensemble, respectueux du savoir que chacun possde un moment donn et vitant la tendance classer les croyants comme tant approfondis ou non. Et, cest en cela que rsident les dynamiques dun mouvement irrpressible. (Ridvn 2010)

Ce texte parle dj de la russite dvelopper une culture qui se dfinit par des lments bien prcis, une culture qui unit dans le mme sentier de service, respectueux du savoir que chacun possde un moment donn, .

Le souci dassurer une ducation spirituelle aux enfants est depuis longtemps un lment de la culture de la communaut bahe ;

Lexpansion rapide du programme pour dautonomisation spirituelle des prjeunes est une autre expression encore de lavancement culturel dans la communaut bahe. Alors que les tendances mondiales dpeignent cette tranche dge comme tant problmatique, perdue dans les affres dune mutation physique et motionnelle tumultueuse, indiffrentes et introvertie, la communaut bahe dans le langage quelle utilise et les approches quelle adopte avance rsolument dans la direction oppose, voyant la place chez le prjeune un altruisme, un sens aigu de la justice, un enthousiasme apprendre sur lunivers et un dsir de contribuer la construction dun monde meilleur. (Ridvn 2010)

Deux lments sont ici soulevs comme facteur dune nouvelle culture, lducation spirituelle des enfants et des prjeunes. Le texte labore clairement les tendances mondiales qui dpeignent cette tranche dge comme tant problmatique, et la vision bahe du prjeune (12 15 ans), voyant chez lui un altruisme, un sens aigu de la justice, un enthousiasme apprendre sur lunivers et un dsir de contribuer la construction dun monde meilleur.

ces dveloppement sont tous renforcs, un degr non ngligeable, par encore une autre avance dans le domaine de la culture, avance dont les implications sont vritablement dune grande porte. Cette volution de la conscience collective peut tre discerne dans la frquence croissante avec laquelle le mot accompagner apparat dans les conversations des amis, mot qui revt un sens nouveau alors quil sintgre dans le vocabulaire commun de la communaut bahe. Elle est le signe dun renforcement important dune culture dont lapprentissage est le mode de fonctionnement, un mode qui favorise la participation informe de personnes de plus en plus nombreuses dans un effort unifi visant appliquer les enseignements de Bahullh la construction dune civilisation divine, ce que le Gardien dfinit comme la mission premire de la Foi. Une telle approche offre un contraste frappant avec la faillite spirituelle et les murs dcadentes dun vieil ordre social qui cherche si souvent exploiter lnergie humaine par la domination, par la cupidit, par la culpabilisation et par la manipulation.

Dans les relations entre les amis, ce dveloppement dans la culture trouve donc son expression dans la qualit de leurs interactions. Lapprentissage en tant que mode de fonctionnement requiert que tous adoptent une attitude dhumilit, (Ridvn 2010)

Ici jaimerais juste relever trois autres lments importants dune culture encourage systmatiquement au sein de la communaut bahe, la notion daccompagnement, une culture dont lapprentissage est le mode de fonctionnement , qui requiert que tous adoptent une attitude dhumilit , et la qualit des interactions entre amis.

Non seulement ce progrs dans la culture exerce son influence sur les relations entre les individus, mais ses effets peuvent aussi tre ressentis dans la conduite des affaires administratives de la Foi. (Ridvn 2010)

Il est intressant de noter ici le passage du changement de culture qui passage de lindividu aux institutions. Dailleurs les acteurs principaux dans ce processus de changement de culture sont lindividu, la communaut et les institutions.

Le fait que jai partag autant sur cette notion globale de culture sinscrit trs bien dans mon rcit de vie, o ses penses mont tellement guides, influences et continuent le faire. Lunit dans la diversit nous sert doutil de lire nos expriences de laltrit.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s